LE DÉPÔT LÉGAL
POUR LES MUTANTS

Quand je dis que j’ai tout fait sur mon livre, que je me suis auto-éditée, dans tous les sens du terme, de l’idée à la promotion, les gens ne semblent pas comprendre. Comme si c’était impossible. Et quand j’énumère toutes les casquettes que je porte depuis plus d’un an, les yeux s’écarquillent.

J’ai choisi l’auto-édition. Je ne me suis pas dit « Bon, je tente les maisons d’édition et si on me dit pas oui, je leur montrerai que je vaux mieux que leurs refus. » Non, je n’ai pas agi avec revanche ou orgueil. Si j’ai tout de même envoyé mon manuscrit à une petite poignée d’enseignes, c’est surtout parce que mon entourage m’y a poussée en clamant mon potentiel.

J’ai choisi l’auto-édition car je suis de ceux qui valorisent le voyage plutôt que la destination. D’une extrême timidité et pudique, j’avais également peur de livrer mon histoire à des inconnus. Jusque-là, je riais avec mon entourage de mon épopée, mais eux me connaissent. Ca ne compte pas, pas vrai ? Ayant également été élevée à l’épreuve des balles, je voulais me présenter devant une maison, un jour, forte d’une expérience et de compétences maîtrisées. Je voulais savoir de quoi je parle.

C’est une aventure que d’apprendre par soi-même les bases du métier d’éditeur ! Bases que je vais tenter du mieux que je peux de vous exposer dans cet article. Commençons.

Vous découvrez alors tout ce qu’il y a à faire pour s’auto-éditer. À partir de là, vous êtes en droit de vous dire…

Patin de merle, quel bretzel !

Pas de panique. Le secret de l’auto-édition, c’est d’y aller pas à pas. Voyez ça comme une drôle d’aventure enrichissante.

LE CHOIX

Vous avez achevé votre manuscrit (corrections, relectures, betalectures…), vous êtes opé et prêts à publier. Plusieurs choix s’offrent à vous.

Dans les deux cas, vous partirez de rien et grandirez petit à petit, tout naturellement.

Encore faut-il savoir par où commencer…

L'ÉDITION

Ou le démarchage intensif des maisons d’édition, de trois semaines à six mois d'attente, parfois un an. Parfois sans réponse du tout. Avec un agent qui fera tout pour vous, toutes les démarches administratives, fabrication, partenariats, chroniqueurs… en gros, vous n'aurez que le besoin d'exister et d’entretenir votre image publique. Ce qui vous laissera tout le temps pour vous concentrer sur vos écrits sans distraction aucune.

L'AUTO-ÉDITION

Choisir une des marques éditoriales dont les plus connues comptent Amazon (Kindle Publishing, ebook et papier), Kobo (Writing Life, ebook et papier depuis cet automne), Apple Books (ebook seulement), The Book Édition, Edilivre, Librinova… certaines sont gratuites, d'autres plus ou moins chères car elles offrent les services d'un agent littéraire et des relectures professionnelles.

Si vous êtes là, c'est que vous avez choisi la deuxième option. Alors, bienvenue dans la grande sphère autodidacte.

ATTENTION

L'auto-édition doit être un choix, pas un "faute de mieux".
S'éditer soi-même requiert discipline, patience et humilité. Le travail qui vous attend est titanesque. C'est une aventure de longue haleine. Soyez prêts à tout donner.

J’ai entamé mes démarches administratives près de deux ans avant d’avoir achevé mon manuscrit. C’est dire à quel point je savais ce que je voulais. Et ce que je voulais, c’était Amazon. C’était mon idée fixe. Si je devais publier un livre un jour, ce serait sur Amazon. On verrait les autres plus tard.

Après 4 mois d’exclusivité sur Amazon, j’ai débarqué sur Apple Books, mais aussi sur Kobo qui m’a ouvert les portes de la Fnac et, quelques mois plus tard, de Bookelis (marque éditoriale), et par conséquent du réseau Hachette Distribution.

Par conséquent : des librairies. Voilà jusqu’où peut vous emmener l’auto-édition.

L’auto-édition n’est pas un jeu d’enfant. Le talent ne suffit pas.

LES DÉMARCHES

Attention, ça devient technique.

Publier un livre, même gratuit (vous avez le droit d’écrire pour la gloire) fait de vous un “commerçant”. Vous vendez un bien contre une certaine somme. Il ne suffit pas de donner le numéro de votre compte et bim bam boom vous voilà riche et célèbre.

Formulaire W-8BEN pour la détaxe

FORMULAIRE W-8BEN

Si vous choisissez de passer par une marque américaine (Amazon et Apple), il vous faudra remplir le formulaire de détaxe. Je vous conseille de commencer par là, vous ne pourrez rien faire sans et c'est un peu long.

Exactement, le formulaire est un "Certificat de statut d’étranger pour un bénéficiaire effectif aux fins des déclarations et des retenues d’impôt des États-Unis". En gros, c'est un droit de vente pour les personnes physiques sur territoire étranger. Ce document est en anglais, à remplir en anglais.

La marque vous invitera à remplir ce formulaire avant même de renseigner les informations de votre ouvrage. Le formulaire est livré avec notice. Ce n'est pas compliqué à remplir, mais voici les lignes les plus importantes à retenir :

PART I - Ligne 5

Si vous résidez au USA, entrez votre code SSN ou ITIN. Si non, laissez le champ vide.

PART I - Ligne 6

Si vous résidez en dehors des USA, renseignez ici votre numéro fiscal (indiqué sur votre déclaration d'impôts).

PART II - Ligne 10

Laissez le premier champ vide. Renseignez 0 dans le deuxième et indiquez Royalties dans le dernier.

Concernant les déclarations d’imposition, je mettrai à jour l’article quand j’y aurai été confrontée. Mon année fiscale sur Amazon n’est pas encore terminée et je veux pas vous dire de bêtises.

NUMÉROS ISBN / ISSN

L'ISBN, c'est cette suite de chiffres que vous retrouvez sur les codes barre au dos de chaque livre. C'est un peu le "numéro de sécurité sociale" de votre ouvrage. Il est unique, propre à chaque édition d'un même ouvrage.

NUMÉRO ISBN

Ex : 978-2-7654-0912-0

Les trois premiers chiffres sont ceux qui, dans la représentation sous forme de code à barres de l’ISBN dans le système GS1, identifient le monde du livre. Les préfixes mis à disposition par GS1 International sont 978 et 979.
La deuxième partie de l’ISBN est le numéro identifiant le groupe national, linguistique ou géographique. Le 2 identifie la francophonie dans son ensemble. Le 10 identifie l’AFNIL.
La troisième partie de l’ISBN est le préfixe de l’éditeur. C’est un numéro qui identifie un éditeur en particulier ou une marque éditoriale en particulier au sein d’un groupe linguistique.
La quatrième partie du code est le numéro d’identification d’une édition donnée d’une publication produite par un éditeur en particulier.
La cinquième partie de l’ISBN est la clé de contrôle.

COMBIEN CA COÛTE ?

Parce que ce sont des marques éditoriales, un numéro ISBN gratuit vous est automatiquement attribué. Vous pouvez l'acheter si vous le souhaitez (à l'AFNIL), mais il faudra avancer des frais. Et ce n'est pas utile. Pourquoi ? Parce que l'auto-édition n'est pas régie de la même manière que l'édition. Comme indiqué dans sa composition, le numéro ISBN identifie l'éditeur.

Chaque marque éditoriale possède son propre lot de numéro, aussi, si vous publiez via plusieurs sites (dans mon cas Amazon et Bookelis), il vous faudra deux numéros différents (tous deux délivrés automatiquement). Vous n'avez pas le droit d'utiliser votre ISBN Amazon pour Bookelis et inversement.

LE CAS D'UN EBOOK

Les Ebooks n'ont pas besoin d'ISBN. Celui-ci est généré et reconnu automatiquement par les voies impénétrables de l'Internet.

ATTENTION

Vous devrez générer un nouvel ISBN à chaque changement significatif de votre ouvrage : nouveau format, nouvelle couverture, gros changement dans le texte. En revanche, ce ne sera pas nécessaire dans le cadre de modifications mineures (correction de coquilles, par exemple).

NUMÉRO ISSN (Séries)

Les collections composées d’ouvrages auto-édités ou édités à compte d’auteur ne reçoivent pas d'ISSN. Un "ensemble monographique" sera créé lors du catalogage de votre ouvrage sur votre déclaration pour que les suivants puissent être liés.

Alors renseignez bien toutes les informations lors de votre déclaration.

Chaque ouvrage est tenu par la loi d’être enregistré à la Bibliothèque Nationale de votre territoire.
Autrement dit… le dépôt légal.

LE DÉPÔT LÉGAL

Dès lors que vous entrez dans le grand bain, vous faites face à la faune sauvage qu’est la réglementation. Et dans le domaine littéraire, on ne rigole pas avec la propriété intellectuelle.

Vous devez alors vous protéger financièrement et légalement.

Chaque ouvrage monographique non périodique (roman, recueil de nouvelles/poèmes…) doit être enregistré à la Bibliothèque Nationale de France (BNF), La Bibliothèque Royale de Belgique (KBR,) et à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

En plus de vous protéger par le dépôt légal, chaque institution acquiert et conserve votre ouvrage pour les générations futures. (Si si.)

Et pour chaque dépôt légal, il vous faut un ISBN. C’est ce numéro très particulier et bien structuré que les bibliothèques municipales (par exemple) pourront vous trouver et vous référencer.

PROTÉGER SON OUVRAGE ET SOI-MÊME

Chaque demande doit être faite le mois de la sortie. Si vous sortez votre ouvrage le 30 avril, vous devrez la faire parvenir au dépôt légal AVANT le 30 avril. Si vous le sortez le 1er mai, vous avez donc du 1er au 31 mai pour l'envoyer. Le cachet de la poste fait foi.

Une fois la déclaration validée, vous recevrez un récépissé attestant de la paternité de votre texte. Il indique que vous en êtes l’ayant droit ainsi que votre nom et pseudonyme si vous avez choisi de publier sous une couverture quelle qu’elle soit.

Vous avez sûrement entendu de cette sécurité : s’envoyer à soi-même son manuscrit sans jamais l’ouvrir pour prouver, le cas échéant, que vous êtes l’auteur incontesté de votre texte. En plus d’être une obligation légale, c’est aussi le but du dépôt légal.

À SAVOIR

Votre déclaration doit renseigner l'imprimeur. Dans le cas de l'auto-édition, ça peut sembler particulier, mais les Bibliothèques Nationales sont habituées, maintenant.

Pour Amazon, notez juste Amazon Direct Publishing. Pour les autres, renseignez-vous directement auprès de votre marque éditoriale.

ENVOYER SON OUVRAGE

Le nombre d'exemplaires demandés peut varier en fonction de la juridiction. En France, la BnF ne demande qu'un exemplaire pour l'auto-édition.

Vous ne pouvez ni le déposer en guichet, ni l'envoyer par email. Vous devrez obligatoirement l'envoyer par la poste. L'envoi est gratuit, il vous suffira d'imprimer l’étiquette à la validation de votre demande. Certains centres de poste peuvent hésiter. Pas vous. L'envoi est gratuit. Point. Donnez votre paquet à l’opérateur et ne vous en faites plus : il arrivera à bon port. Cela prendra du temps, cependant.

Dans le doute, j’ai peut-être un peu harcelé le service du dépôt légal jusqu’à obtenir confirmation de la bonne réception. Tout ira bien, votre ouvrage sera indiqué comme reçu, puis traité, directement sur votre compte de l'extranet.

ATTENTION

Vous devez envoyer un exemplaire de la version définitive, tel que le livre est mis à disposition du public, y compris les mentions légales. Ce détail est à prendre en compte dans votre délai d'envoi.

Pour une fabrication à la demande, il faut compter près de 10 jours entre la commande et la réception.

OUVRAGE DESTINÉ À LA JEUNESSE

C'est la Commission de Surveillance et de Contrôle des Publications destinées à la Jeunesse, la CSCPJ.

Vous devez obligatoirement envoyer votre ouvrage (texte et couverture) au ministère de la justice. Par mail, c’est suffisant. Il vous sera alors délivré un document officiel attestant que votre texte a été approuvé. Dans le cas d'une nouvelle édition du même ouvrage, vous n'avez pas besoin de refaire une demande. Cette mention doit absolument figurer sous votre dépôt légal.

La jeunesse comprend les enfants, adolescents et jeunes adultes.

MENTIONS LÉGALES

Chaque dépôt légal doit être mentionné dans vos pages liminaires (copyright et autres informations légales) en début de livre, idéalement en page 2, derrière votre page titre. Vous remarquerez en étudiant les livres de votre bibliothèque que chacun adapte un peu à sa manière.

EXEMPLE de page liminaire

Copyright © Votre nom, Année
Tous droits réservés.

Dépôt légal : mois, année
Loi n°49-956 du 16 juillet 1949
sur les publications destinées à la jeunesse.
ISBN à 12 chiffres

En France, comme je vous le disais, on ne plaisante pas avec la propriété intellectuelle. Je vous invite à lire l’article de Prom’Auteur quant aux mentions légales du copyright, selon votre territoire. Celui-ci doit également figurer sur votre page liminaire.

Certaines marques éditoriales, comme Amazon, ajoutent d’elles-mêmes la page « achevé d’imprimer » à la fin du livre. Inutile donc de la compter dans votre manuscrit. 

D’autres, comme Bookelis, vous demandent de l’ajouter vous-même au fichier final, en dernière page. Soyez vigilants quant aux exigences propres à votre marque éditoriale.

Ces petites choses qu’on ferait bien de connaître à l’avance si on est un peu maniaque.

LA PUBLICATION

Tout est prêt, c’est l’heure de cliquer le gros bouton rouge…

PRÉCOMMANDES

Aucune version papier ne peut être programmée. Cependant, vous pouvez toujours faire une promotion sur les réseaux sociaux !

En revanche, les marques éditoriales permettent les précommandes des ebooks. Ils apparaissent alors en ligne avant la date de parution et sont disponibles à l'achat. L'ebook leur sera donc envoyé automatiquement le jour de la sortie.

DATES DE PUBLICATION

Une fois que vous aurez cliqué sur "Publier", alors votre ouvrage sera bel et bien disponible et son ISBN auto-généré. Ce simple clic fera office de "date de parution", aussi, méfiez-vous si vous souhaitez mettre en avant la sortie un jour bien précis (comme moi).

ASTUCE

Sur Bookelis, un brouillon de votre publication sera accessible pendant 15 jours seulement.
Chaque nouveau brouillon génère un nouvel ISBN (si vous choisissez la distribution Hachette) !
Aussi, n’hésitez pas à rafraîchir votre brouillon jusqu’à votre date fétiche.

Ca y est.

Tout est prêt.

PETIT +

On dit “poche ou broché”. En réalité, le broché est une catégorie de reliure, pas un format. Un poche est un broché. Quels sont les différents formats classiques pour un roman ?

LE POCHE

De plus en plus mesurent 13x18cm.

Pourquoi pas 11x18cm, cet élégant et pratique format historique qui tient dans votre poche arrière de pantalon ? Ce tout petit modèle a été légalement déposé et ne peut être utilisé que par certaines marques éditoriales.

Pour les distributions via Hachette, ce sera 13x18cm.

LE SEMI-POCHE

Plus communément utilisé par les éditions J'ai Lu, ce format intermédiaire de 13x21cm ou 14x21cm est peu fréquent, mais on le retrouve souvent associé aux publications jeunesse.

LE GRAND FORMAT

Plus généralement en première édition, avant une éventuellement sortie poche. C'est lui qu'on appelle communément le Broché. C'est un grand favori des collectionneurs de livres, mais son poids est tout aussi considérable. C'est peut-être un peu à cause de lui qu'on a créé les liseuses pour partir en voyage 😉

ATTENTION

Si votre ouvrage passe d'un format à un autre, vous devrez faire une nouvelle déclaration de dépôt légal en mentionnant "nouvelle édition". Et bien mentionner "Nouvelle édition" ou "Deuxième édition" sur votre page liminaire.

C’est l’heure d’entamer la phase suivante : la promotion. Sûrement la pire et la plus éprouvante.

Car, oui, les démarches administratives deviendront très vite le cadet de vos soucis.

De quoi on parle, maintenant ?

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager

LE DÉPÔT LÉGAL
POUR LES MUTANTS

Quand je dis que j’ai tout fait sur mon livre, que je me suis auto-éditée, dans tous les sens du terme, de l’idée à la promotion, les gens ne semblent pas comprendre. Comme si c’était impossible. Et quand j’énumère toutes les casquettes que je porte depuis plus d’un an, les yeux s’écarquillent.

J’ai choisi l’auto-édition. Je ne me suis pas dit « Bon, je tente les maisons d’édition et si on me dit pas oui, je leur montrerai que je vaux mieux que leurs refus. » Non, je n’ai pas agi avec revanche ou orgueil. Si j’ai tout de même envoyé mon manuscrit à une petite poignée d’enseignes, c’est surtout parce que mon entourage m’y a poussée en clamant mon potentiel.

J’ai choisi l’auto-édition car je suis de ceux qui valorisent le voyage plutôt que la destination. D’une extrême timidité et pudique, j’avais également peur de livrer mon histoire à des inconnus. Jusque-là, je riais avec mon entourage de mon épopée, mais eux me connaissent. Ca ne compte pas, pas vrai ? Ayant également été élevée à l’épreuve des balles, je voulais me présenter devant une maison, un jour, forte d’une expérience et de compétences maîtrisées. Je voulais savoir de quoi je parle.

C’est une aventure que d’apprendre par soi-même les bases du métier d’éditeur ! Bases que je vais tenter du mieux que je peux de vous exposer dans cet article. Commençons.

Vous découvrez alors tout ce qu’il y a à faire pour s’auto-éditer. À partir de là, vous êtes en droit de vous dire…

Patin de merle, quel bretzel !

Pas de panique. Le secret de l’auto-édition, c’est d’y aller pas à pas. Voyez ça comme une drôle d’aventure enrichissante.

LE CHOIX

Vous avez achevé votre manuscrit (corrections, relectures, betalectures…), vous êtes opé et prêts à publier. Plusieurs choix s’offrent à vous.

Dans les deux cas, vous partirez de rien et grandirez petit à petit, tout naturellement.

Encore faut-il savoir par où commencer…

L'ÉDITION

Ou le démarchage intensif des maisons d’édition, de trois semaines à six mois d'attente, parfois un an. Parfois sans réponse du tout. Avec un agent qui fera tout pour vous, toutes les démarches administratives, fabrication, partenariats, chroniqueurs… en gros, vous n'aurez que le besoin d'exister et d’entretenir votre image publique. Ce qui vous laissera tout le temps pour vous concentrer sur vos écrits sans distraction aucune.

L'AUTO-ÉDITION

Choisir une des marques éditoriales dont les plus connues comptent Amazon (Kindle Publishing, ebook et papier), Kobo (Writing Life, ebook et papier depuis cet automne), Apple Books (ebook seulement), The Book Édition, Edilivre, Librinova… certaines sont gratuites, d'autres plus ou moins chères car elles offrent les services d'un agent littéraire et des relectures professionnelles.

Si vous êtes là, c'est que vous avez choisi la deuxième option. Alors, bienvenue dans la grande sphère autodidacte.

ATTENTION

L'auto-édition doit être un choix, pas un "faute de mieux".
S'éditer soi-même requiert discipline, patience et humilité. Le travail qui vous attend est titanesque. C'est une aventure de longue haleine. Soyez prêts à tout donner.

J’ai entamé mes démarches administratives près de deux ans avant d’avoir achevé mon manuscrit. C’est dire à quel point je savais ce que je voulais. Et ce que je voulais, c’était Amazon. C’était mon idée fixe. Si je devais publier un livre un jour, ce serait sur Amazon. On verrait les autres plus tard.

Après 4 mois d’exclusivité sur Amazon, j’ai débarqué sur Apple Books, mais aussi sur Kobo qui m’a ouvert les portes de la Fnac et, quelques mois plus tard, de Bookelis (marque éditoriale), et par conséquent du réseau Hachette Distribution.

Par conséquent : des librairies. Voilà jusqu’où peut vous emmener l’auto-édition.

L’auto-édition n’est pas un jeu d’enfant. Le talent ne suffit pas.

LES DÉMARCHES

Attention, ça devient technique.

Publier un livre, même gratuit (vous avez le droit d’écrire pour la gloire) fait de vous un “commerçant”. Vous vendez un bien contre une certaine somme. Il ne suffit pas de donner le numéro de votre compte et bim bam boom vous voilà riche et célèbre.

Formulaire W-8BEN pour la détaxe

FORMULAIRE W-8BEN

Si vous choisissez de passer par une marque américaine (Amazon et Apple), il vous faudra remplir le formulaire de détaxe. Je vous conseille de commencer par là, vous ne pourrez rien faire sans et c'est un peu long.

Exactement, le formulaire est un "Certificat de statut d’étranger pour un bénéficiaire effectif aux fins des déclarations et des retenues d’impôt des États-Unis". En gros, c'est un droit de vente pour les personnes physiques sur territoire étranger. Ce document est en anglais, à remplir en anglais.

La marque vous invitera à remplir ce formulaire avant même de renseigner les informations de votre ouvrage. Le formulaire est livré avec notice. Ce n'est pas compliqué à remplir, mais voici les lignes les plus importantes à retenir :

PART I - Ligne 5

Si vous résidez au USA, entrez votre code SSN ou ITIN. Si non, laissez le champ vide.

PART I - Ligne 6

Si vous résidez en dehors des USA, renseignez ici votre numéro fiscal (indiqué sur votre déclaration d'impôts).

PART II - Ligne 10

Laissez le premier champ vide. Renseignez 0 dans le deuxième et indiquez Royalties dans le dernier.

Concernant les déclarations d’imposition, je mettrai à jour l’article quand j’y aurai été confrontée. Mon année fiscale sur Amazon n’est pas encore terminée et je veux pas vous dire de bêtises.

NUMÉROS ISBN / ISSN

L'ISBN, c'est cette suite de chiffres que vous retrouvez sur les codes barre au dos de chaque livre. C'est un peu le "numéro de sécurité sociale" de votre ouvrage. Il est unique, propre à chaque édition d'un même ouvrage.

NUMÉRO ISBN

Ex : 978-2-7654-0912-0

Les trois premiers chiffres sont ceux qui, dans la représentation sous forme de code à barres de l’ISBN dans le système GS1, identifient le monde du livre. Les préfixes mis à disposition par GS1 International sont 978 et 979.
La deuxième partie de l’ISBN est le numéro identifiant le groupe national, linguistique ou géographique. Le 2 identifie la francophonie dans son ensemble. Le 10 identifie l’AFNIL.
La troisième partie de l’ISBN est le préfixe de l’éditeur. C’est un numéro qui identifie un éditeur en particulier ou une marque éditoriale en particulier au sein d’un groupe linguistique.
La quatrième partie du code est le numéro d’identification d’une édition donnée d’une publication produite par un éditeur en particulier.
La cinquième partie de l’ISBN est la clé de contrôle.

COMBIEN CA COÛTE ?

Parce que ce sont des marques éditoriales, un numéro ISBN gratuit vous est automatiquement attribué. Vous pouvez l'acheter si vous le souhaitez (à l'AFNIL), mais il faudra avancer des frais. Et ce n'est pas utile. Pourquoi ? Parce que l'auto-édition n'est pas régie de la même manière que l'édition. Comme indiqué dans sa composition, le numéro ISBN identifie l'éditeur.

Chaque marque éditoriale possède son propre lot de numéro, aussi, si vous publiez via plusieurs sites (dans mon cas Amazon et Bookelis), il vous faudra deux numéros différents (tous deux délivrés automatiquement). Vous n'avez pas le droit d'utiliser votre ISBN Amazon pour Bookelis et inversement.

LE CAS D'UN EBOOK

Les Ebooks n'ont pas besoin d'ISBN. Celui-ci est généré et reconnu automatiquement par les voies impénétrables de l'Internet.

ATTENTION

Vous devrez générer un nouvel ISBN à chaque changement significatif de votre ouvrage : nouveau format, nouvelle couverture, gros changement dans le texte. En revanche, ce ne sera pas nécessaire dans le cadre de modifications mineures (correction de coquilles, par exemple).

NUMÉRO ISSN (Séries)

Les collections composées d’ouvrages auto-édités ou édités à compte d’auteur ne reçoivent pas d'ISSN. Un "ensemble monographique" sera créé lors du catalogage de votre ouvrage sur votre déclaration pour que les suivants puissent être liés.

Alors renseignez bien toutes les informations lors de votre déclaration.

Chaque ouvrage est tenu par la loi d’être enregistré à la Bibliothèque Nationale de votre territoire.
Autrement dit… le dépôt légal.

LE DÉPÔT LÉGAL

Dès lors que vous entrez dans le grand bain, vous faites face à la faune sauvage qu’est la réglementation. Et dans le domaine littéraire, on ne rigole pas avec la propriété intellectuelle.

Vous devez alors vous protéger financièrement et légalement.

Chaque ouvrage monographique non périodique (roman, recueil de nouvelles/poèmes…) doit être enregistré à la Bibliothèque Nationale de France (BNF), La Bibliothèque Royale de Belgique (KBR,) et à la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

En plus de vous protéger par le dépôt légal, chaque institution acquiert et conserve votre ouvrage pour les générations futures. (Si si.)

Et pour chaque dépôt légal, il vous faut un ISBN. C’est ce numéro très particulier et bien structuré que les bibliothèques municipales (par exemple) pourront vous trouver et vous référencer.

PROTÉGER SON OUVRAGE ET SOI-MÊME

Chaque demande doit être faite le mois de la sortie. Si vous sortez votre ouvrage le 30 avril, vous devrez la faire parvenir au dépôt légal AVANT le 30 avril. Si vous le sortez le 1er mai, vous avez donc du 1er au 31 mai pour l'envoyer. Le cachet de la poste fait foi.

Une fois la déclaration validée, vous recevrez un récépissé attestant de la paternité de votre texte. Il indique que vous en êtes l’ayant droit ainsi que votre nom et pseudonyme si vous avez choisi de publier sous une couverture quelle qu’elle soit.

Vous avez sûrement entendu de cette sécurité : s’envoyer à soi-même son manuscrit sans jamais l’ouvrir pour prouver, le cas échéant, que vous êtes l’auteur incontesté de votre texte. En plus d’être une obligation légale, c’est aussi le but du dépôt légal.

À SAVOIR

Votre déclaration doit renseigner l'imprimeur. Dans le cas de l'auto-édition, ça peut sembler particulier, mais les Bibliothèques Nationales sont habituées, maintenant.

Pour Amazon, notez juste Amazon Direct Publishing. Pour les autres, renseignez-vous directement auprès de votre marque éditoriale.

ENVOYER SON OUVRAGE

Le nombre d'exemplaires demandés peut varier en fonction de la juridiction. En France, la BnF ne demande qu'un exemplaire pour l'auto-édition.

Vous ne pouvez ni le déposer en guichet, ni l'envoyer par email. Vous devrez obligatoirement l'envoyer par la poste. L'envoi est gratuit, il vous suffira d'imprimer l’étiquette à la validation de votre demande. Certains centres de poste peuvent hésiter. Pas vous. L'envoi est gratuit. Point. Donnez votre paquet à l’opérateur et ne vous en faites plus : il arrivera à bon port. Cela prendra du temps, cependant.

Dans le doute, j’ai peut-être un peu harcelé le service du dépôt légal jusqu’à obtenir confirmation de la bonne réception. Tout ira bien, votre ouvrage sera indiqué comme reçu, puis traité, directement sur votre compte de l'extranet.

ATTENTION

Vous devez envoyer un exemplaire de la version définitive, tel que le livre est mis à disposition du public, y compris les mentions légales. Ce détail est à prendre en compte dans votre délai d'envoi.

Pour une fabrication à la demande, il faut compter près de 10 jours entre la commande et la réception.

OUVRAGE DESTINÉ À LA JEUNESSE

C'est la Commission de Surveillance et de Contrôle des Publications destinées à la Jeunesse, la CSCPJ.

Vous devez obligatoirement envoyer votre ouvrage (texte et couverture) au ministère de la justice. Par mail, c’est suffisant. Il vous sera alors délivré un document officiel attestant que votre texte a été approuvé. Dans le cas d'une nouvelle édition du même ouvrage, vous n'avez pas besoin de refaire une demande. Cette mention doit absolument figurer sous votre dépôt légal.

La jeunesse comprend les enfants, adolescents et jeunes adultes.

MENTIONS LÉGALES

Chaque dépôt légal doit être mentionné dans vos pages liminaires (copyright et autres informations légales) en début de livre, idéalement en page 2, derrière votre page titre. Vous remarquerez en étudiant les livres de votre bibliothèque que chacun adapte un peu à sa manière.

EXEMPLE de page liminaire

Copyright © Votre nom, Année
Tous droits réservés.

Dépôt légal : mois, année
Loi n°49-956 du 16 juillet 1949
sur les publications destinées à la jeunesse.
ISBN à 12 chiffres

En France, comme je vous le disais, on ne plaisante pas avec la propriété intellectuelle. Je vous invite à lire l’article de Prom’Auteur quant aux mentions légales du copyright, selon votre territoire. Celui-ci doit également figurer sur votre page liminaire.

Certaines marques éditoriales, comme Amazon, ajoutent d’elles-mêmes la page « achevé d’imprimer » à la fin du livre. Inutile donc de la compter dans votre manuscrit. 

D’autres, comme Bookelis, vous demandent de l’ajouter vous-même au fichier final, en dernière page. Soyez vigilants quant aux exigences propres à votre marque éditoriale.

Ces petites choses qu’on ferait bien de connaître à l’avance si on est un peu maniaque.

LA PUBLICATION

Tout est prêt, c’est l’heure de cliquer le gros bouton rouge…

PRÉCOMMANDES

Aucune version papier ne peut être programmée. Cependant, vous pouvez toujours faire une promotion sur les réseaux sociaux !

En revanche, les marques éditoriales permettent les précommandes des ebooks. Ils apparaissent alors en ligne avant la date de parution et sont disponibles à l'achat. L'ebook leur sera donc envoyé automatiquement le jour de la sortie.

DATES DE PUBLICATION

Une fois que vous aurez cliqué sur "Publier", alors votre ouvrage sera bel et bien disponible et son ISBN auto-généré. Ce simple clic fera office de "date de parution", aussi, méfiez-vous si vous souhaitez mettre en avant la sortie un jour bien précis (comme moi).

ASTUCE

Sur Bookelis, un brouillon de votre publication sera accessible pendant 15 jours seulement.
Chaque nouveau brouillon génère un nouvel ISBN (si vous choisissez la distribution Hachette) !
Aussi, n’hésitez pas à rafraîchir votre brouillon jusqu’à votre date fétiche.

Ca y est.

Tout est prêt.

PETIT +

On dit “poche ou broché”. En réalité, le broché est une catégorie de reliure, pas un format. Un poche est un broché. Quels sont les différents formats classiques pour un roman ?

LE POCHE

De plus en plus mesurent 13x18cm.

Pourquoi pas 11x18cm, cet élégant et pratique format historique qui tient dans votre poche arrière de pantalon ? Ce tout petit modèle a été légalement déposé et ne peut être utilisé que par certaines marques éditoriales.

Pour les distributions via Hachette, ce sera 13x18cm.

LE SEMI-POCHE

Plus communément utilisé par les éditions J'ai Lu, ce format intermédiaire de 13x21cm ou 14x21cm est peu fréquent, mais on le retrouve souvent associé aux publications jeunesse.

LE GRAND FORMAT

Plus généralement en première édition, avant une éventuellement sortie poche. C'est lui qu'on appelle communément le Broché. C'est un grand favori des collectionneurs de livres, mais son poids est tout aussi considérable. C'est peut-être un peu à cause de lui qu'on a créé les liseuses pour partir en voyage 😉

ATTENTION

Si votre ouvrage passe d'un format à un autre, vous devrez faire une nouvelle déclaration de dépôt légal en mentionnant "nouvelle édition". Et bien mentionner "Nouvelle édition" ou "Deuxième édition" sur votre page liminaire.

C’est l’heure d’entamer la phase suivante : la promotion. Sûrement la pire et la plus éprouvante.

Car, oui, les démarches administratives deviendront très vite le cadet de vos soucis.

De quoi on parle, maintenant ?

Partager sur facebook
Partager
Partager sur twitter
Partager